L'initiative suisse pour les vélos-cargos
de l'Académie de la mobilité et du
fonds de soutien Engagement Migros
français
français

carvelo expert

Dans cette rubrique, un expert de carvelo ouvre le débat sur des questions fréquemment posées concernant le vélo-cargo et y répond.

J. Zosso répond à la question: "Comment intégrer de manière idéale mon vélo-cargo dans ma mobilité quotidienne?"

Julia Zosso, carvelo
Julia Zosso, carvelo

Le vélo-cargo convient parfaitement aux achats et commissions ainsi qu'aux excursions en famille dans la nature. Ce constat est confirmé par un sondage effectué récemment auprès des utilisatrices et utilisateurs de carvelo2go, notre réseau de partage de vélos de transport. Grâce au vélo de transport, la mobilité quotidienne s'enrichit d'éléments importants comme l'activité physique, l'air frais et le plaisir, la possibilité de se déplacer sans stress et en souplesse du point A au point B. Au lieu de m'engager sur les axes à fort trafic, je pédale tranquillement sur des routes de quartier. Je charge au maximum 60 kg pour franchir facilement les montées et les autres obstacles du trafic quotidien.

Si mon propre vélo-cargo n'est pas devant ma porte, je m'adresse à un réseau de partage. Rien de plus facile que de réserver via la plateforme carvelo2go un vélo de transport qui m'attendra dans un magasin de mon quartier. En combinaison avec d'autres moyens de transport – par ex., Mobility Carsharing ou les transports publics – je réponds sans problème à tous mes besoins de mobilité. J'utilise le moyen de transport le plus judicieux dans ma situation du moment et je le laisse à d'autres lorsqu'un moyen différent me paraît mieux convenir à mes besoins.  

 

J. Beckmann, répond à la question "Roule-t-on en sécurité sur un vélo-cargo électrique"?

J. Beckmann, directeur de l'Académie de la mobilité
J. Beckmann, directeur de l'Académie de la mobilité

Cela fait de nombreuses années que le vélo-cargo est utilisé pour les déplacements quotidiens dans des pays comme le Danemark et les Pays-Bas. Environ 15% de tous les ménages familiaux de Copenhague possèdent un vélo-cargo. Les routes néerlandaises passent pour être les plus sûres d'Europe – malgré le grand nombre de vélos qui y circulent ou peut-être à cause de celui-ci.  Des experts néerlandais et d'autres pays relèvent également que le vélo de transport offre, pour le transport d'enfants, des avantages en termes de sécurité par rapport à la bicyclette traditionnelle : les enfants sont visibles; lorsque le pilote "coupe" un virage avec une remorque d'enfant, celle-ci risque de basculer si ses roues touchent le bord du trottoir, ce qui n'est pas le cas pour le vélo-cargo; les vélos tractant une remorque large heurtent souvent des poteaux et autres bornes.

L'Académie de la mobilité mise elle aussi depuis 2013 sur une flotte croissante de vélos-cargos dans le cadre de plusieurs projets. Au total, ces engins ont effectué plus de 20 000 km sans un seul accident ayant fait des blessés.

L'expérience montre que les pilotes de vélos-cargos électriques transportant des enfants ou des marchandises conduisent beaucoup plus prudemment que les usagers de bicyclettes électriques normales (compensation du risque). L'introduction de nouveaux véhicules dans le trafic routier exige une adaptation du comportement des autres usagers de la route (et de l'infrastructure). Parallèlement à la croissance du nombre de vélos-cargos électriques sur la route, on assiste à des changements d'attitude et à une diminution des dangers. Ce phénomène s'appelle "sécurité par le nombre".

Tous ces faits démontrent qu'on n'est ni plus en sécurité, ni moins en sécurité avec un vélo-cargo qu'avec un autre moyen de transport sur la route. Il va de soi que nous recommandons à toutes les conductrices et tous les conducteurs d'être prudents et de ne pas oublier de coiffer aussi leurs enfants d'un casque.

 

J. Schmid répond à la question "Peut-on circuler simplement et sûrement en vélo-cargo également en hiver?"

Jonas Schmid, chef de projet carvelo2go
Jonas Schmid, chef de projet carvelo2go

Le froid, le vent et la pluie sont souvent perçus comme des obstacles rédhibitoires au cyclisme hivernal. Il va de soi que la bicyclette fait plus de plaisir par des températures douces et qu'elle devient difficile sur des routes couvertes de neige. Mais l'exemple de villes nordiques comme Copenhague où de nombreuses bicyclettes circulent toute l'année prouve que l'hiver et le mauvais temps ne mettent pas forcément fin au trafic cycliste.

Avec un bon équipement, on atteint ses destinations sûrement et confortablement en vélo-cargo – même en hiver. Il s'agit notamment de se munir de vêtements chauds et résistants aux intempéries. La plupart des fabricants de vélos-cargos proposent des capotes pour le transport d'enfants sous la pluie, si bien que les petits passagers restent au sec. Si la ou le pilote veut également se prémunir contre les précipitations, elle ou il peut s'équiper d'un toit comme celui de la marque Dryve qui se monte en un tournemain sur le vélo. Si la route est recouverte de neige ou de glace pendant plusieurs jours, il peut s'avérer utile de chausser des pneus à clous que l'on trouve dans le commerce spécialisé.

 

A. Brügger répond à la question "Qu'est-ce qui fait du vélo-cargo le véhicule de partage idéal?"

Alain Brügger, carvelo2go
Alain Brügger, carvelo2go

En principe, il existe deux arguments essentiels qui justifient d'une manière générale le partage de véhicules comme moyens de transport: 1.) les effets positifs sur l'environnement grâce à une meilleure exploitation des ressources disponibles et la réduction de la consommation de nouvelles ressources et 2.) la réduction de l'occupation de l'espace public et l'augmentation de la qualité de la vie qui en découle.

En ce qui concerne plus particulièrement le vélo-cargo, il faut relever le fait que cet engin est dans la majorité des cas utilisé de manière complémentaire par rapport aux deux-roues usuels puisque de nombreux ménages suisses possèdent déjà une ou plusieurs bicyclettes. Le vélo-cargo est surtout utile quand au besoin de déplacement s'ajoute un besoin de transport. On utilise donc un vélo existant pour transporter sa propre personne et on recourt au vélo-cargo pour transporter des enfants ou des marchandises. Ce dernier besoin n'est pas quotidien et plutôt irrégulier, si bien qu'il paraît plus intéressant d'utiliser un vélo-cargo dans le cadre d'un programme de partage comme carvel2go ou de se le passer entre particuliers que d'en acheter un.


 

J. Schmid explique les avantages du vélo-cargo par rapport au vélo avec remorque.

Jonas Schmid, chef de projet carvelo2go
Jonas Schmid, chef de projet carvelo2go

Pour le transport d'enfants, le vélo-cargo a de clairs avantages en termes de sécurité et de confort par rapport à la bicyclette classique avec remorque. Les enfants sont toujours dans le champ de vision du pilote. Ce dernier peut se concentrer sur la conduite tout en surveillant le comportement des petits passagers. Le maniement d'un vélo-cargo dans le trafic est plus simple pour la plupart des usagers que la navigation avec un vélo attelé à une remorque. Il est en outre beaucoup plus pratique d'avoir la partie large du véhicule devant soi qu'à l'arrière (donc en dehors du champ de vision). On évite ainsi le risque de frôler les bords des trottoirs ou les carrosseries de voitures. Le vélo-cargo est toujours prêts à l'emploi alors que la remorque doit d'abord être attelée. Enfin, les enfants préfèrent être installés sur un vélo de transport que dans une remorque, car ils sont ainsi en première loge pour suivre les événements autour d'eux.

L'avantage du vélo avec remorque réside surtout dans la plus grande souplesse d'utilisation puisque la bicyclette peut être employée séparément. La séparation de la surface de chargement et du vélo facilite de surcroît le rangement à domicile.

Côté prix, les deux moyens de déplacement sont à peu près au même niveau: un vélo électrique de qualité avec une remorque coûte entre 5000 et 6000 francs, soit autant qu'un vélo-cargo électrique comme le modèle Urban Arrow ou Bakfiets.